skip to Main Content
La marche, le yoga, la musique : les entrepreneures et les conseillères en gestion peuvent prendre soin de leur santé mentale de bien des façons

La marche, le yoga, la musique : les entrepreneures et les conseillères en gestion peuvent prendre soin de leur santé mentale de bien des façons

Par Gabrielle Piché

Les vidéos sur TikTok et les listes d’écoute de « quarantounes » aident Krista Lemcke à garder le moral durant la pandémie de COVID-19. La sélection musicale de Krista Lemcke contient de la musique de danse électronique entendue pour la première fois sur TikTok. En lecture aléatoire, elle peut aussi bien écouter la pièce « Tokyo » de 3LAU ou une chanson de Kygo. L’application TikTok la fait aussi beaucoup rire.

« Je pense que le rire est très important pour de nombreuses facettes de la santé mentale », dit-elle.

Krista Lemcke accompagne la clientèle et coordonne des programmes pour le centre d’affaires Manitoba Entrepreneurial Hubs de Flin Flon. Elle fait du télétravail depuis que le gouvernement provincial a demandé à la population de rester à la maison.

Krista Lemcke a des antécédents de dépression. Elle essaie de prendre conscience des moments durant lesquels elle « se retire dans sa coquille ».

« Si je commence à éviter certaines tâches ou activités, je me dis, bon, qu’est-ce qui se passe? »

Krista Lemcke fait partie des nombreux Canadiens confrontés à la maladie mentale. Au cours d’une année, une personne sur cinq au Canada aura un problème de santé mentale ou une maladie mentale, selon l’Association canadienne pour la santé mentale (ACSM).

Krista Lemcke explique qu’il est important d’écouter son corps et de prendre du temps pour soi lorsque l’on en a besoin.

« Pour ma part, je choisis souvent de ne rien faire et de regarder des vidéos sur TikTok. Si ça fait du bien, c’est une bonne solution. Ce n’est pas une perte de temps, car c’est de toute évidence ce dont on a besoin à ce moment-là. »

Jenifer Horvath est conseillère d’entreprise auprès de l’Alberta Women Entrepreneurs. Elle rencontre des femmes d’affaires qui luttent contre la maladie mentale et présente des causeries sur la santé mentale. Jenifer Horvath a commencé à s’intéresser à ce sujet après avoir fait une dépression post-partum à la suite de la naissance de sa fille.

« Ça m’a sauté au visage. Je devais prendre soin de ma santé mentale pour pouvoir être là pour ma fille, et être là pour ma famille et mon travail », explique Jenifer Horvath.

Elle regarde des vidéos de yoga sur YouTube, utilise une application de méditation et écoute de la musique pour améliorer son humeur. Jenifer Horvath ajoute que pour prendre soin de sa santé mentale, différentes solutions conviennent à différentes personnes.

« C’est vraiment important de savoir ce qui fonctionne le mieux pour soi. »

Selon elle, pour certaines personnes, le fait de moins suivre l’actualité est bénéfique. Une technique de respiration profonde en cinq temps peut aussi être efficace.

Pour certaines personnes, le fait d’écrire permet de se libérer l’esprit.

« Ce processus aide à réfléchir à ce qui se passe et à faire de la visualisation », ajoute-t-elle.

Il existe des moyens de s’occuper de sa santé mentale, même lorsque l’on traverse une période trop mouvementée pour prendre une pause, affirme Jenifer Horvath.

« Si pour vous une séance de méditation de 30 minutes est trop longue, écourtez-la le plus possible. »

Vous pouvez fermer vos yeux et respirer profondément pendant une minute avant une réunion ZOOM ou aller marcher 10 minutes avant de commencer à travailler. Jenifer Horvath reste en contact avec deux amies durant la pandémie. Elles échangent sur leur journée et parlent de leur santé mentale.

Durant la pandémie, Jenifer Horvath dit avoir remarqué qu’une plus grande partie de sa clientèle a des problèmes de santé mentale, comme la dépression. Elle voit plus d’anxiété et d’incertitude en ce moment.

« Chaque fois que nous devons nous adapter à une nouvelle réalité, surtout lorsqu’il y a de l’incertitude, notre état mental active le complexe amygdalien et nous sommes en état d’alerte. »

Jenifer Horvath explique qu’elle amène ses clientes à parler de ce sujet.

« La discussion a vraiment un effet thérapeutique, dit-elle. Je sais que les conseillers et les conseillères ont souvent tendance à vouloir résoudre les problèmes des autres, mais il est très bénéfique de simplement laisser les gens s’exprimer. »

Lorsque les clientes de Jenifer Horvath éprouvent des difficultés, elle leur recommande de consulter un psychologue ou de communiquer avec l’ACSM. Les services de l’ACSM sont gratuits et vous n’avez pas besoin d’être dans un état de crise pour contacter cette association.

Le fait d’épauler les entrepreneures qui traversent des épreuves durant la pandémie a exercé une forte pression sur les conseillères en gestion, affirme Jenifer Horvath.

« Nous nous retrouvons, de bien des manières, avec un lourd bagage émotionnel. Parfois, lorsque je termine un appel, je suis épuisée et complètement vidée mentalement. »

Elle dit prévoir du temps entre chaque séance pour respirer, boire de l’eau et aller marcher. Les conseillères en gestion d’entreprises doivent aussi s’occuper de leur santé mentale, mentionne-t-elle.

« Je me soucie de la santé globale des entreprises et des entrepreneures, mais je n’ai aucun contrôle là-dessus en fin de compte. Il faut prendre conscience que l’on fait de son mieux et il faut aussi prendre du temps pour se détendre.

Read in English

Back To Top