skip to Main Content
Partager l’espace : un réseau innovateur et un collectif de soutien pour des femmes d’affaires autochtones
LIFT Circle members at a SheEO event.

Partager l’espace : un réseau innovateur et un collectif de soutien pour des femmes d’affaires autochtones

Par Orycia Karpa, membre du personnel des OEFC

« Qui a une demande à formuler, des idées à échanger ou une célébration à partager avec le groupe aujourd’hui? »

La rencontre hebdomadaire des membres du groupe LIFT Circle est un moment sacré qui permet à une vingtaine de femmes d’affaires autochtones de tout le Canada de se réunir pour échanger. Elles se demandent comment elles peuvent s’entraider, déterminent quelles sont les personnes qui peuvent donner et célèbrent les réussites de chacune.

Fondé par Teara Fraser, une entrepreneure chevronnée faisant partie des 25 femmes les plus influentes en 2020, le groupe LIFT Circle s’adresse exclusivement aux femmes d’affaires autochtones et vise à leur assurer une visibilité dans l’écosystème et à faire prospérer leurs entreprises. Le groupe LIFT Circle fait partie d’un organisme à but non lucratif appelé Indigenous LIFT Collective qui a pour objectif d’élever, d’amplifier, de renforcer, de célébrer et de connecter collectivement les peuples autochtones afin de créer un monde durable, florissant et meilleur.

« Lorsque nous avons lancé le cercle, nous l’avons ouvert d’une manière positive en appelant les personnes à faire entendre leurs idées, raconte Vanessa Lesperance, chef de l’initiative du LIFT Circle. À partir de là, elles circulent librement et favorisent les discussions ouvertes. ».

Le groupe LIFT Circle existe depuis deux ans, mais il a réellement pris son envol après le début de la pandémie de Covid-19. Vanessa Lesperance explique que ces temps incertains ont réellement motivé Teara à s’assurer que les entreprises appartenant à des femmes autochtones peuvent survivre. Le meilleur moyen de le faire consiste à le faire ensemble, dans un collectif.

Mme Lesperance ajoute que 95 % du capital d’investissement va à des entreprises appartenant à des hommes, ce qui laisse 5 % pour les femmes entrepreneures. De plus, de ce 5 %, une fraction seulement va aux femmes noires et aux femmes autochtones.

« Voilà pourquoi je m’investis autant dans le LIFT Circle, pour m’assurer que les femmes d’affaires autochtones prennent de l’envergure et soient vues, pour favoriser leur réussite », précise Mme Lesperance.

Le groupe LIFT Circle est bien plus qu’un simple cercle sacré hebdomadaire. Il a créé un répertoire national de plus de 200 entreprises appartenant à des femmes autochtones qui continue de prendre de l’expansion, il présente une série mensuelle d’ateliers d’apprentissage et encourage la collaboration entre ses membres.

« Nous avons un groupe de femmes qui se soutiennent mutuellement dans le LIFT Circle », explique Vanessa Lesperance.

April Mitchell-Boudreau, femme d’affaires autochtone propriétaire de la boutique de bijoux Lofttan, raconte que le groupe LIFT Circle est différent de tout ce qu’elle a connu auparavant dans le milieu entrepreneurial.

« Le groupe LIFT m’a donné la confiance nécessaire pour essayer de nouvelles choses, précise April Mitchell-Boudreau. Cette communauté de femmes me soutient et me guide sans porter de jugement. »

Le groupe LIFT Circle se démarque par sa solidarité et sa communauté inspirante.

Dans cinq à 10 ans, le groupe LIFT Circle voit les femmes d’affaires autochtones en plein essor.

« Je veux voir les femmes d’affaires autochtones représentées dans tous les domaines des affaires et mettre fin au patriarcat », ajoute Mme Lesperance.

Le groupe LIFT organise aussi un marché des fêtes virtuel conjointement avec la National Aboriginal Trust Officers Association (NATOA) auquel participent uniquement des entreprises appartenant à des femmes autochtones. Vous pouvez en apprendre plus sur l’événement à l’adresse suivante : www.facebook.com/groups/1072577046540759/.

Back To Top